Dressage Le patron

Dressage : Le patron

Crédit Photo: L Bernede & N Salles

Le patron demeure une phase du dressage qu’il faudra aborder à un moment donné si vous voulez avoir un chien au top. Le « patron », c’est le respect spontané d’un autre chien à l’arrêt. Cela ne devrait pas paraître compliqué dans la tête d’un chien, il arrête-je m’arrête et pourtant ce n’est pas si simple.

Si la qualité première d’un chien de chasse c’est de chercher et de trouver, vous comprendrez bien qu’en couple, s’il n’y a pas une lutte permanente entre les deux protagonistes, un parcours de field, tout comme une matinée de chasse, ne peut être que triste.
Voyons ensemble comment mener à bien l’apprentissage du patron.
Votre chien « grille » systématiquement le patron. Il faut donc lui apprendre le respect de l’autre car vous qui l’avez, ce respect de l’autre, ce genre d’attitude vous contrarie.

La bonne technique

Solution : Il vaut mieux être deux pour apprendre le patron à un chien à moins d’être particulièrement doué, comme tous les dresseurs le sont ou devraient l’être. Considérons donc que vous ne l’êtes pas… avec toutes mes excuses.
Travaillez en milieu ouvert et dégagé, ce sera plus facile pour tout le monde. Il faut laisser chasser le chien qui va servir « d’appât » et attendre que celui-ci arrête. Votre aide ne s’occupe que du chien qui chasse pendant que vous, vous suivez avec votre propre chien en laisse. Cette laisse sera plus longue que la moyenne. Derrière, votre chien trépigne car il est très contrarié de ne pas pouvoir courir comme il le fait habituellement. Vous attendez l’arrêt de l’autre qui viendra d’autant plus vite si vous provoquez l’action avec du gibier d’élevage et endormi façon tourniquet de TAN. L’arrêt est là, devant vous, approchez avec “l’étudiant” du moment. Il regarde l’autre, s’énerve, tire sur la laisse pour faire comme d’habitude passer devant, voler l’arrêt et mettre à l’envol éventuellement, par jalousie…. Car c’est ce qui se passe en général. Dans ce cas, à vous de jouer sur la laisse par des secousses arrière en opposant votre force à celle du cabot. Vous pouvez lui parlez comme d’habitude en lui disant d’une voix ferme, patron, pas bouger, down ou simplement non en fonction des mots qu’il connaît déjà. Quand la laisse n’est plus tendue, vous pouvez caresser en répétant d’une voix plus douce le mot choisi. Vous ne devez pas vous rapprocher trop du chien à l’arrêt, 10 mètres c’est bien. Plus près, et même à cette distance, votre chien peut prendre à son tour l’émanation du gibier. Cela n’a pas d’importance mais comme ce n’est pas l’émanation qui doit transformer son patron en arrêt mais uniquement la vue de l’autre, il est préférable que vous ne vous positionniez pas dans le fameux cône d’émanation dont parlent certains grands connaisseurs. Arrivez par un côté par exemple afin que le vent ne porte pas l’émanation. Si votre élève prend tout de même cette émanation avec son concurrent dans l’axe, il apprend tout de même à respecter l’autre tout en percevant l’odeur, ce qui n’est pas forcement gênant. Veillez tout de même à ce que son réflexe se déclenche sur l’image de l’autre chien et non sur l’effluve du gibier.
Ne croyez surtout pas que votre chien comprendra en une seule fois. Malgré tous vos efforts, vous aurez l’impression que votre chien ne comprend rien et ce n’est pas parce qu’il ne veut pas qu’il ne comprend pas ce que vous lui demandez.

Paratgez le post du magazine du Chien de Chasse