Chasse aux perdreaux en Espagne

Chasse aux perdreaux en Espagne Le Magazine du chien de chasse N°4

Chasse aux perdreaux sous le soleil espagnol

Difficile de ne pas tomber amoureux de l’Espagne … Combinez la douceur de vie espagnole à la beauté des paysages de la péninsule Ibérique et vous comprendrez facilement pourquoi des milliers de Français franchissent régulièrement les Pyrénées. 

Mais les tapas et le « vino tinto » ne sont pas les seules raisons qui poussent nombre de nemrods à passer la frontière. En effet, l’Espagne abrite encore de belles populations de perdrix rouges. Un gibier emblématique qui s’est malheureusement raréfié de manière drastique en France au cours des dernières décennies.

Des modes de gestion variés

Mais ne soyons pas crédules … en Espagne aussi, les lâchers massifs ont peu à peu pallié une population de perdrix en déclin. Pourtant, des irréductibles ont su résister à la facilité en maintenant une gestion rigoureuse, parfois contraignante, mais souvent payante. Nous pouvons aujourd’hui distinguer 3 différents modèles de fonctionnement sur les territoires espagnols.

Ne nous cachons pas la vérité … la majeure partie des chasses commerciales et/ou privées de la péninsule ibérique se contentent de réaliser des lâchers d’oiseaux, à distance plus ou moins rapprochée des dates de chasse. Cette méthode, moins coûteuse car moins risquée, contente un public de chasseurs qui souhaitent pouvoir faire travailler leurs chiens et maximiser leurs chances de voir beaucoup d’oiseaux.

A l’inverse, certains territoires, principalement situés dans les immenses plaines andalouses, opèrent une gestion tellement si stricte que les prélèvements y sont limités, voire interdits. Divers partenariats avec des dresseurs professionnels ou des passionnées de chiens d’arrêt ont été mis en place, moyennant rémunération des territoires. Les professionnels peuvent alors entrainer leurs futurs champions sur un gibier 100% sauvage et les territoires peuvent, tout en limitant au maximum (ou en interdisant) les prélèvements, gérer leur population de perdrix tout en gagnant un peu d’argent.

Photos  PJ Lacombe

Pour lire la suite de l’article (commandez la version papier ou téléchargeable), rendez-vous sur Achat Magazine – Le Magazine du Chien de Chasse N°4

Partagez le post du Magazine du Chien de Chasse