barrage meilleur style sur les deux jours LANZO DE FRESNEL

Concours : Les bretons à Rivière de Corps

Concours - 22 et 23 mars 2021 - Les bretons à Rivière de Corps

Depuis quelques années, Caulières était la fête du breton. C’était LA réunion des bretonniers. Tous les amateurs de la race avaient l’habitude de s’y retrouver en début de saison de printemps.

Le Magazine du Chien de Chasse N°32

Encore avant, il y avait Arthenay qui pendant quelques décennies avait satisfait le breton. Un trublion était apparu dans les années 2000 : le lièvre accompagné de la raréfaction du perdreau. Quand on connait l’historique du breton, chien à tout faire, chien de braconnier, on mettait le loup dans la bergerie et il paraissait difficile de continuer une sélection raisonnable en laissant évoluer le breton dans ce milieu. On partait à la catastrophe et à l’anéantissement d’années de sélection. Les différents responsables du breton ont dès lors décidé de délocaliser ces épreuves de printemps (derby et fields) vers d’autres régions plus accueillantes. Après un intermède à Vimpelles, nous nous sommes fixés à Caulières à une époque où la densité de perdreaux était tout à fait raisonnable. Les années ont passé, les perdreaux ont régressé et bon nombre de concurrents ont eu l’impression que les silex se reproduisaient dans les plaines picardes plus vite que les perdreaux. Un virus, qui a ramené à la réalité un bon nombre de personnes qui pensaient tutoyer l’immortalité et qui voudraient maintenant faire vivre l’humanité entière au fond d’une tombe tel Caïn, a eu raison du field de Caulières.

Dans les plaines de l’est

Dans l’urgence, nous avons dû improviser et notre spéciale breton s’est retrouvée délocalisée une fois de plus. Jean Claude Piat nous avait proposé Rivière de Corps. Nous avons sauté sur l’occasion et nous n’avons pas été déçus. Un temps magnifique en début de printemps (pour être honnête ça ne se commande pas mais ça fait quand même plaisir). Les terrains : des plaines très propices aux bretons pour démontrer leurs qualités (quête, galop et style). Des perdreaux en nombre suffisant sur des bordures de voies ferrées ou de bosquets, là où les chiens un peu aguerris savent aller s’aventurer. Pas trop de lièvres ni de faisans mais des plaines à perdreaux comme on les a connues dans les années 1970-2000 en Beauce. Des guides bénévoles passionnés qui nous ont beaucoup aidés dans la recherche du perdreau. L’alchimie a fonctionné au-delà de nos espérances et le nombre de classements sur les deux jours de compétition est là pour attester de la réussite de ces deux journées de concours. Pour le breton, il y a quand même un bémol, c’est l’absence de derby : deux ans de suite sans pouvoir l’organiser. Le derby reste le thermomètre du club et ne pas pouvoir l’organiser a certainement contrarié bon nombre d’adhérents sélectionnés pour cette compétition. L’année prochaine, si les défenseurs de l’immortalité s’enferment chez eux et si la situation sanitaire s’améliore, peut-être pourra-t-on l’organiser à visage découvert. Rivière de Corps ne pouvant pas être organisé le week end, nous essaierons donc de faire le derby le dimanche dans un autre endroit et de continuer par Rivière de Corps le lundi et mardi, ce qui je pense devrait satisfaire tout le monde.

En conclusion, je tiens à remercier Jean Claude et Sylvie Piat qui par leur disponibilité nous ont permis de sauver la fête du breton et d’éviter un naufrage annoncé. Heureusement qu’il existe encore des bénévoles passionnés qui savent encore apporter une lueur d’espoir dans un monde de plus en plus lugubre. Espérons qu’il ne soit pas touché par la mode du variant comme le virus.

Yves Joncour Président du CEB

Spéciale Epagneul Breton de Rivière de Corps

2020, année de pandémie, a été une année blanche pour les amateurs de fields trials de printemps.

Pour 2021, les mesures prises pour ralentir la propagation du virus en ce début de printemps, nous permettaient de croire en une belle saison de concours de printemps avec cette année 4 jours de fields trial réservés aux Bretons. En effet, 2 journées supplémentaires à Rivière de Corps dans l’Aube ont été ajoutées au calendrier par Sylvie et Jean-Claude Piat.

Malheureusement, quelques jours avant notre RDV de Caulières, la région des Hauts de France est entrée en confinement.

Le département de l’Aube n’étant pas concerné par ces restrictions, les professionnels et amateurs ont pu se retrouver à Rivière de Corps pour présenter leurs Bretons lors de ces 2 jours de fields sur perdrix. C’était une première pour le club de l’épagneul breton, mais Sylvie et Jean Claude n’en sont pas à leur premier coup d’essai, leur organisation est rodée, ils ont su s’adapter aux mesures sanitaires en vigueur, les lieux de rendez-vous étaient donnés à l’avance pour éviter les rassemblements.

C’est dans ce contexte particulier que nous nous sommes retrouvés, heureux, pour voir nos Bretons travailler ces couples de perdrix grises, gibier roi de la plaine avec les résultats que voici.

100 Bretons étaient inscrits chaque jour, ….

---------------------

Pour lire la suite de l’article (commandez la version papier ou téléchargeable), rendez-vous sur Achat Magazine – Le Magazine du Chien de Chasse N°32


Concour riviere de corps 1Concour riviere de corps 2

Paratgez le post du magazine du Chien de Chasse