Braque Hongrois

Dressage : La mise en présence

Extrait de l’article paru dans le Magazine du Chien de Chasse n° 21 septembre octobre 2019

Vos cailles sont bien volantes et vous avez pris soin de les disposer sur votre terrain d’entrainement un peu avant d’y amener votre jeune élève. Lâchez-le et laissez-le s’aventurer seul dans la plaine. Selon les circonstances, soit il fera voler une caille en passant dessus, soit il détectera au nez et la mettra à l’envol, soit il l’arrêtera ferme et de haut nez mais dans tous les cas il se passionnera pour la poursuite de cet oiseau qu’il voudrait bien attraper.

La première fois que j’ai lâché mon pointer Alezan de la Cense aux Lièvres pour juger de son allure ; je lui ai juste laissé faire quelques lacets qui m’ont permis de découvrir son superbe port de tête qu’il devait sans doute tenir de son père, March de la Cisa.

Satisfait de cette première observation, je l’ai rapidement raccroché et je suis revenu à la voiture. Au moment de le laisser monter dans sa caisse, je l’ai décroché et à ma grande stupéfaction, Alezan a tourné la tête, regardé la plaine et s’est enfui au grand galop.

Ce qui de premier abord m’est apparu comme une fuite, puisqu’il courait droit devant lui dans le chaume que nous venions de quitter, n’en n’était pas une. En fait, après avoir parcouru en ligne droite ce qu’il venait de battre en lacets, Alezan s’est planté en arrêt et n’a plus bougé d’un millimètre jusqu’à mon arrivée. Je dois reconnaitre pour être franc que j’ai été plus surpris que mon chien lorsqu’une quinzaine de perdreaux ont décollé quelques mètres devant lui. A compter de ce jour, Alezan n’a jamais tapé dans les perdreaux et a toujours été sage à l’envol, c’était inné. C’est sûrement ce sang prestigieux qui coulait dans les veines et sa grande intelligence qui l’ont poussé à me désobéir pour retourner bloquer ces oiseaux qu’il avait éventés quelques instants plus tôt. J’ai beaucoup aimé ce chien. C’est le premier pointer que j’ai dressé et présenté en Field. Je lui dois sûrement mon attachement à cette race de pur-sang.

Ces premiers contacts avec le gibier vont déterminer le comportement à venir de votre chien et ils sont donc d’une importance capitale. Trop de conducteurs ne réfléchissent pas suffisamment à la portée de cette première rencontre. Dans le cadre du dressage d’un chien de chasse et même d’un chien de gibier tiré, c’est certainement moins grave que lorsqu’il s’agit d’un chien de sport et surtout de grande quête avec qui cette première étape de son débourrage est essentielle.

Le premier gibier que doit arrêter le chien de grande quête doit être un perdreau’ ’Citation du génial Gino Botto.

Photo envol Bernede
La mise en présence, généralement réalisée avec des cailles, permet au chien de se déclarer.<
Photo T Hamon (28) Cage d’envol 017) :
L’arrêt du pointer
Photo T Hamon (28) Pointer. Rattacher) :
Tenez-le en laisse et après quelques mises en présence, il devrait marquer l’arrêt.
Photo envol du gris devant un setter) :
Les premiers contacts de votre chien avec le gibier vont déterminer son comportement à venir.
Photo Braque Hongrois à poil ras
Entrainez-vous sur un terrain à la végétation dense qui permettra aux cailles de se dissimuler.
Photo Bernede envol
Votre chien est en laisse, présentez-lui l’oiseau sous le nez et laissez le renifler avec intérêt, tout en veillant à ce qu’il ne s’en saisisse pas.
Photo T Hamon (28) Cage d’envol
La boite d’envol permet sans aucun souci de faire partir un oiseau au nez du chien.

Paratgez le post du magazine du Chien de Chasse