Christian en chemise jaune

Portrait : Christian Poidevin

Christian Poidevin

Christian Poidevin est un dresseur reconnu et aujourd’hui également un juge reconnu. L’Association des dresseurs professionnels a voulu rendre un hommage exceptionnel à celui qui est l’un des leurs à l’occasion de leur concours de Coolus. Pour cela, ils ont demandé à Jean-Claude Piat, lui aussi dresseur reconnu et ami de Christian, de prononcer cet éloge.

L’ADP(Association des Dresseurs Professionnels) m’a confié la lourde tâche de rendre hommage à Christian Poidevin lors de sa soirée entre les deux jours de sonfieldorganisé à Coolus. Première mission importante après m’avoir remercié sans ménagement en 2010. Ma rancune aurait pu être tenace et j’aurais pu refuser mais je l’ai fait, pour Christian et seulement pour Christian.
ChristianPoidevindébute la chasse avec un cocker en 1956… Personne n’est parfait… Evidemment que je plaisante j’ai aussi eu une chienne cocker adorable que j’ai faite championne de travail rapidement pour mon plus grand plaisir. Facile puisque d’une grande origine de chez Patrice Raquin. Après son service militaire,Christianchassera avec la chienne de son père,un épagneul breton, entre Niort et Fontenay le Comte.Comme quoi ce n’est pas une légende, le service militaire servait aussi à mettre un peu de plomb dans la tête, puisqu’ensuite il est venu aux chiens d’arrêt.
En 1961, il achète 3 femelles pour se lancer dans l’élevage amateur tout en gardant son travail en usine. L’année suivante, il fait une portée de chaque race.

Le virus des fields

En 1963, il fait connaissance de M. Martineau alors juge d’exposition qui lui permettra de faire la connaissance de Jean Macrez, dresseur qui doit partir en fields et qui lui demande de prendre ses chiens au chenil avant le concours. Jean Macrez lui demande d’entrainer ses chiens de Grande Quête.
Goum, Islaine,Exée, Ivan pointers et Ivan un setter anglais. Cet événement sera le déclic qui fera basculer sa vie. Il assiste au premier field de la saison à Villiers en Plaine. Franchement, j’ai cherché où se trouvait ce concours car j’avais oublié où il était celui-là. Au nord de Niort, pas trop loin du domicile, tout bénef.
Il fera alors la connaissance de la tribu des dresseurs sur le marché de cette époque encore en noir et blanc où les professionnels étaient au service de leurs clients, “sapés comme jamais”, “sapés comme jamais en culotte de golf genre Tintin et des chiens qui ne ressemblaient pas à des “Milou”.
Il rencontrera donc les dresseurs italiens et surtout français mais de loin comme il le fera remarquer car il devait être timide mais je ne peux pas l’affirmer. Je vais citer les dresseurs pour faire mal aux vieux comme moi qui les ont connus et pour faire du bien aux jeunes car les noms ne vont même pas effleurer leur esprit.

Pour lire la suite de l’article (commandez la version papier ou téléchargeable), rendez-vous sur Achat Magazine – Le Magazine du Chien de Chasse N°14

Paratgez le post du magazine du Chien de Chasse